Retour à la liste des séjours

Ascension de l'Aconcagua - Traversée Est-Ouest

L'ascension de l'Aconcagua en traversée est sans aucun doute la plus belle façon de gravir ce sommet emblématique, et représente une première expérience des expéditions en haute altitude. Depuis plus de 20 ans nous favorisons le versant est de l'Aconcagua pour son ascension, bien plus jolie et moins fréquentée. Notre logistique rodée et notre grande expérience de cette montagne, nous garantissent un succès important.

Guide de haute montagne français certifié UIAGM

5 570,00 €

* Champs obligatoires

5 570,00 €

Durée : 22 jours

Taille du groupe : 4 à 8 pers.

Saison : Hiver

Pays : Argentine

Date prochain départ : 06/01/2018

 

Niveau physique

Niveau technique

Evaluer votre niveau

Fiche complète

 

EXPÉDITION - 6000M - ARGENTINE
ASCENSION DE L'ACONCAGUA TRAVERSEE EST OUEST

Référence ARG002

 

 

Les + avec Odyssée Montagne

x Un prix TRES compétitif

x Un guide de haute montagne français UIAGM

x Des groupes limités à 8 personnes

x Un bel itinéraire varié

 

Stats :

...

2013 : 3/4 au sommet

2014 : 7/9 au sommet. 1 à 6300 m.

2015 : 7/9 au sommet

2016 : 9/14 au sommet. En Dec. nous étions les seuls au sommet !

 

 

Programme

Susceptible d'être modifié en fonction des conditions sur le terrain et de la forme des participants

 

Jour 1 : DÉPART FRANCE

Jour 2 : MENDOZA
Accueil à l’aéroport et transfert à l’hôtel.

Hôtel B&B.

 

Jour 3 : MENDOZA
Formalités administratives et achat des vivres pour l'expédition. Organisation des sacs de transport. Réservation du bus pour le lendemain. Visite de la ville, l’une des plus agréables d’Argentine et nous ne manquerons pas de déguster une grillade au barbecue, la grande spécialité des Argentins.

Hôtel B&B.

 

Jour 4 : MENDOZA - PENITENTES
Départ en bus pour Penitentes (2600 m) par la route internationale.

Hôtel. Dîner et petit déjeuner.

 

Jour 5 : PENITENTES - TREK PUNTA DE VACAS / PAMPA DE LENAS
Départ tôt le matin. Nous redescendons de quelques kilomètres la route jusqu’à Punta de Vacas pour remonter la vallée du Rio Vacas. La végétation est maigre et les montagnes sont assez minérales, mais les couleurs superbes. Nous camperons à Pampa de Lenas à 2800 m, que nous rejoignons en 4 à 5 heures de marche.

Campement au bord de la rivière. PC (pension complète = déjeuner + dîner + petit déjeuner).

 

Jour 6 : PAMPA DE LENAS - CASA PIEDRA
Nous continuons notre marche, et la vallée s’élargit nettement avec en toile de fond de jolis sommets enneigés. Casa de Piedra se trouve à la confluence du Arroyo Relinchos, petite vallée secondaire que nous emprunterons le lendemain pour monter à Plaza Argentina. Installation du campement à côté de la Casa de Piedra à 3200 m d’altitude, au milieu d’une belle pelouse alpine et face à la pyramide de l’Aconcagua.
Horaire : 6 heures de marche.

Camp en PC.

 

Jour 7 : CASA PIEDRA - PLAZA ARGENTINA
La traversée de la rivière est assez sportive et surtout glaciale ! Nous remontons ensuite la vallée étroite du Relincho. Après 2 heures de marche, celle-ci s’élargit d’un coup et la face Nord Est de l’Aconcagua se dévoile, majestueuse, avec le superbe glacier des Polonais. Nous arrivons à Plaza Argentina à 4100 m, notre camp de base, au pied du glacier.
Nous quittons notre équipe de muletiers, et gardons uniquement nos affaires pour l’ascension. Nous les retrouverons à Plaza de Mulas à la descente.
Horaire 5 à 6 heures.
Dénivelé : +1000 mètres.

Jour 8 : CAMP DE BASE "PLAZA ARGENTINA" -
Journée de repos au camp de base et préparatifs des sacs pour le portage du lendemain.

Camp en PC.

 

Jour 9 : CAMP DE BASE - CAMP 1 en aller-retour (4900 m)
Du camp de base, on remonte d’abord la moraine du glacier, pour prendre pied sur celui-ci après une bonne heure de marche. Le passage des champs de pénitents est souvent pénible, mais marcher à travers ces lames de glace est vraiment insolite et magnifique. On remonte ensuite le glacier assez plat, pour le quitter et remonter la dernière pente assez raide menant au camp 1. Celle-ci est souvent en neige et nécessite de mettre les crampons. Le camp est très bien placé, avec de nombreux emplacements de camping entourés de mur pour se protéger du vent. Dépose du matériel et redescente au camp de base. Première journée d''acclimatation à l'altitude.
Horaire : 5 à 6 heures.
Dénivelé : 800 mètres.

Camp en PC.

 

Jour 10 : CAMP DE BASE
Repos.

Camp en PC.

 

Jour 11 : CAMP DE BASE - CAMP 1
Montée au Camp 1 avec tout le matériel et installation du campement. L''eau encore présente à cette altitude nous permettra une bonne hydratation, facteur important pour l'acclimatation de l''organisme. C’est également notre première nuit en altitude et un bon test pour la suite.

Camp en PC.

 

Jour 12 : CAMP 1 - CAMP 2 en aller-retour
Montée au camp 2, par de grandes pentes d’éboulis dans un superbe décor minéral. La vue se dégage sur les grands sommets plus au nord et le spectacle est superbe. Le camp se trouve sur le glacier des Polonais et est assez exposé au vent. La construction de murs, pour se protéger de celui-ci, peut être assez fatigante à cette altitude. Dépose du matériel et redescente au camp 1.
Horaire : 4 à 6 heures.

Dénivelé : 800 mètres.

Camp en PC.

 

Jour 13 : CAMP 1

Repos.

Camp en PC.

 

Jour 14 : CAMP 1 - CAMP 2

Montée au camp 2 au pied de la langue glaciaire de la voie des Polonais et installation du campement. Nuit au camp à 5500 m (ou plus haut vers 5800 m). Une journée de repos pourra éventuellement être prise si nécessaire.

Camp en PC.

 

Jour 15 : CAMP 2 - CAMP 3

Traversée ascendante vers la droite pour rejoindre la voie normale à hauteur de White Rock (5900 m). Installation du camp 3. Nous ne montons guère aujourd’hui, mais la traversée avec de gros sac et tout de même assez fatigante. Préparatifs pour l’assaut final.

Camp en PC.

 

Jour 16 : SOMMET - CAMP 3

Grosse journée, en altitude. Remontée vers la cabane Independencia à 6250 m situé sur une sorte de petit col, puis la Canaleta, long et large couloir d’éboulis facile, mais particulièrement pénible pour atteindre le sommet à 6959 m. Selon l’époque de l’année, celui-ci peut être enneigé, et donc plus commode à remonter. La vue s’étend de l’océan pacifique, le Chili, Santiago, jusqu’aux plaines immenses de la pampa en Argentine. Descente par la voie normale jusqu’au camp 3 ou 2 selon notre forme, et nuit au camp.
Horaire : 8 à 12 heures.

Dénivelé : 1150 mètres.

Camp en PC.

 

Jour 17 : CAMP 3 - PLAZA DE MULAS

Retour au camp de base de la face Ouest à Plaza de Mulas, et repos bien mérité. Visite des pénitents de glace, spectacle glaciaire inexistant en Europe, dû à la sublimation de la glace et de la neige. Nuit sous tente au camp de base.

Camp en PC.

 

Jour 18 : JOURNEE DE RESERVE

Journée de réserve en cas de mauvais temps sur la montagne, ou de nécessité de prendre un jour de repos supplémentaire.

Camp en PC.

 

Jour 19 : PLAZA DE MULAS - CONFLUENCIA - PUENTE DEL INCA - PENITENTES

Descente sur Confluencia, carrefour des Rios Morcones inférieurs et supérieurs, puis Puente del Inca. Nuit en hôtel à Penitentes.
Horaire : 6 heures.
Hôtel. Dîner et petit déjeuner.

 

Jour 20 : PENITENTES - MENDOZA

Retour en bus sur Mendoza.

Hôtel en B&B.

 

Jours 21 et 22 : RETOUR MENDOZA - FRANCE

 

 

 

 

Informations complémentaires

Niveau technique

L'ascension de l'Aconcagua ne présente aucune difficulté technique, mais nous prendrons tout de même une paire de crampons légers et un piolet au cas où il y aurait de la neige dure dans la Canaletta, ce qui facilite la progression.  Ce couloir, juste sous le sommet, est pénible à monter car le terrain est composé de sable et de cailloux instables.
Pour le versant Est, le glacier ne présente aucune crevasse donc il n'y a pas besoin de corde. Chacun ira à son rythme.

 

Niveau physique

La traversée Est Ouest est plus engagée et plus physique que la voie normale, car il faut transporter tout le matériel jusqu’à 6300 m. Mais cet itinéraire est bien plus varié même si la partie finale de l’ascension passe par la voie normale. La majeure difficulté réside dans la méteo : le froid, le vent pouvant être violent et la neige certaines années.
En dehors du facteur nivométéo, le succès de ce genre d’expédition dépend de la forme physique, mais aussi du moral de chaque participant. Il est évident qu’une bonne expérience de la haute montagne est indispensable. C’est pourquoi nous vous demandons une liste de sommets réalisés dans les Alpes ou à l’étranger.
La présence de guides ne dispense pas les participants de prendre part au portage du matériel dans les camps d’altitude. Même si cela peut paraître fastidieux, la réussite de l’équipe tout entière en dépendra. Préparez-vous plusieurs mois à l’avance, afin de mieux supporter ces difficultés liées à la haute altitude (froid, manque d’oxygène, isolement...).

 

Vie de groupe

Les participants sont confrontés dans une traversée comme celle-ci à un environnement hostile du fait de l’éloignement, du froid, des intempéries, de l’inconfort... qui peut être générateur de stress. La fatigue peut être à l’origine de troubles de l’humeur et des comportements relationnels. Chacun doit donc faire preuve de bonne humeur, de tolérance et de respect non seulement envers les membres de l’expédition. Vous devrez arriver en forme au départ, tant physiquement que moralement et faire preuve de vigilance pour prévenir les situations conflictuelles.

 

Modification du programme

L'imprévu est une composante du voyage : nul n'est à l'abri des tracasseries douanières, d'un glissement de terrain, de conditions météo difficiles... Des retards peuvent intervenir et nous ne pourrions en être tenus pour responsables.
L'itinéraire donné ici n'est qu'indicatif. Le guide de haute montagne est responsable de l’équipement général de l’ascension, du choix de l’itinéraire et de la position des camps. Sa mission peut le conduire à équiper l’itinéraire, conduire une cordée, surveiller celles qui suivent, être le conseiller technique des cordées qui évoluent seules sur la montagne. Il est le gestionnaire de la logistique de l’expédition, en fonction des conditions de la montagne et des participants. Il peut modifier le programme, arrêter la progression des cordées, faire redescendre un participant.
Des retards peuvent intervenir (dus aux muletiers...) et nous ne pourrions en être tenus pour responsables.
Si vous redescendez prématurément depuis le camp de base, vous devrez payer les frais de mules, s‘élevant environ à 200 $ environ. Prévoyez cette somme en plus avec vous.

 

Encadrement

Le guide français vous accompagne depuis Paris. Son rôle est de veiller au bon déroulement du séjour, de modifier promptement le programme si un évènement extérieur l’impose, de vous assister lors des étapes de haute montagne, d’équiper l’itinéraire d’ascension en cordes fixes si nécessaire. Partez l’esprit libre ! Le guide pourra être conduit à modifier le programme en cas de mauvaises conditions météo, problèmes médicaux ou autres.


Techniques de progression
Pas de difficulté glaciaire pour ce sommet, si ce n’est le froid, le vent pouvant être violent, et la neige certaine années. Il n’y a pas besoin de s’encorder, chacun monte à son rythme, mais nous restons ensemble bien sûr. La Canaleta est particulièrement pénible lorsqu’il n’y a pas de neige, car on progresse dans les cailloux. Par condition de neige, un piolet sera nécessaire.

 

Rendez-vous

Votre convocation vous sera envoyée 31 jours avant le départ

 

Hébergement

A l’hôtel NH***ou Nautibara*** à Mendoza (chambres doubles).
A l’hôtel Ayelen* à Penitentes (chambres de 4).
* sous réserve de disponibilité.

 

Durant le trekking : sous tentes avec matelas.

En camp d’altitude : tentes amenées de France.

Aux différents camps
- veillez scrupuleusement à la propreté
- attention aux réchauds à l’intérieur des tentes (gaz, incendie...)
- attention aux coups de crampons dans les toiles de tente

 

Repas

 A Buenos Aires et Mendoza : cuisine européenne et, bien sûr, sud américaine.
- Durant le trekking : la cuisine sera préparée par le cuisinier.
- En altitude, rations journalières, avec un peu de lyophilisés. Aux camps, chacun prépare sa nourriture. Utilisation de réchaud à essence.

 

Portage

Le portage des bagages est assuré par l’équipe de muletiers pendant toute la partie trekking : jusqu’à Plaza Argentina à l'aller, de Plaza de Mulas au retour. Il est important de n’avoir qu’un seul sac de 15 kg maximum à faire porter durant le trekking à l'aller et 8 kg maximum au retour. Un sac marin est idéal. La différence est à porter sur vos épaules.
Sont budgétés :
- 1 portage de 20 kg du camp de base au camp 1.
- 1 portage de 20 kg du camp 1 au camp 2.
- 1 portage de 20 kg du camp 2 au camp 3.
- 1 portage de 20 kg du camp 3 à Plaza de Mulas.
 
Les porteurs prendront en priorité les charges collectives. Il n’en reste pas moins que pendant toute l’ascension, chacun devra porter ses affaires, ainsi que les charges collectives restantes. Ces portages, parfois fastidieux, ont l’avantage de nous acclimater progressivement, tout en diminuant les risques inhérents à la haute altitude.
Nous vous conseillons cependant de prendre 1 porteur pour 2 participants, que vous embaucherez à Plaza Argentina (tarifs approximatifs dans la rubrique "le prix ne comprend pas").

 

Formalités concernant un adulte titulaire d’un passeport français

- Un passeport valide au moins 6 mois à partir de votre date de départ.
- Pas de visa pour les ressortissants français.
Attention : En cas de transit par les USA,
Pas de visa si vous avez un passeport à lecture optique délivré AVANT le 26 octobre 2005 (Ils restent valables jusqu’à leur expiration).
Ou si vous avez le tout nouveau passeport biométrique.
Visa obligatoire pour les passeports à lecture optique délivrés APRES LE 26 OCTOBRE 2005.
Rendez-vous à l’ambassade des Etats Unis d’Amérique – 2 rue Saint Florentin – 75001 Paris (metro Concorde) : 0810 26 46 26
Consultez www.amb-usa.fr pour connaître la procédure d’obtention.
(Visa B2 : voyages touristiques)

 

 

 

 

Matériel

La liste complète vous sera fournie lors de l’inscription.

 

Matériel nécessaire

Voir listes ACONCAGUA et PHARMACIE.

Ne pas pendre de piolet.

Possibilté de laisser vos chaussures de trekking, et quelques affaires à Plaza Argentina.

 

Matériel de sécurité et matériel collectif fournis

Tentes d'altitude 3 places pour 2 personnes, tentes mess pour le trekking, réchauds d''altitude, matériel de cuisine.
Un caisson de décompression se trouve au camp de base.

 

 

 

 

Information supplémentaire sur le prix

- Le prix est susceptible d'être révisé, car l'Argentine subit une forte inflation (officiellement 8,5% par an) et de plus à ce jour nous n'avons pas encore tous les tarifs officiels (permis d'ascension...).

- Base de calcul : 
 

. 1 USD = 0,92 EUR
 

. Groupe de 4 à 8 personnes

 

Le prix comprend

L'organisation du voyage tel que décrit dans le programme
Le vol international sur ligne régulière Paris – Mendoza, A/R

   (si les transits ne sont pas bons, nous faisons Santiago // Mendoza en bus)

La compensation des émissions de CO2 (voir site goodplanet.org)
L'encadrement par un guide de haute montagne français
Le portage tel que précisé dans le paragraphe "portage"
La fourniture des équipements collectifs nécessaires (tentes, réchauds, cordes...)
Les repas sauf à Mendoza
Les nuits en hôtel prévues au programme
Les transferts aéroport – hôtel
Le transfert Mendoza Penitentes A/R
Un caisson hyperbare (stationné à Plaza Argentina et Plaza de Mulas uniquement)

 

Le prix ne comprend pas

Les frais d'inscription (17 € / pers.)

La taxe du parc national à payer sur place en USD ou ARS (mise à jour 10 11 16). Vous pouvez amener des EUR et faire du change.
- 727 USD du 15 NOV au 30 NOV, du 01 DEC au 14 DEC, du 01 FEV au 28 FEV
- 945 USD du 15 DEC au 31 JAN
  Tarifs en ligne sur: http://www.aconcagua.mendoza.gov.ar/
Les taxes d'aéroport internationales (200 EUR environ)
Les frais à caractère personnel (boissons, téléphone...)

Les frais supplémentaires liés à une modification du programme (hôtels, transports, nourriture ...)
L'excédent de bagages
Les repas à Mendoza
Les nuits d’hôtels non prévues au programme, en cas de retour anticipé
L'embauche d'1 porteur (Plaza Argentina/C1 150 USD, C2 250 USD, C3 450 USD, Plaza de Mulas/redescente du C3 600 USD)
La location éventuelle de matériel

Tout ce qui n'est pas marqué dans "le prix comprend"

Les assurances :

 


     Tarifs TTC par personne

Prix du voyage moyen

par personne

 Multirisque

(annulation + rapatriement)

Annulation
jusqu'à 350€ 62 € 20 €
de 351 € à 700€ 75 € 29 €
de 701€ à 1200€ 94 € 41 €
de 1201€ à 2000€ 115 € 58 €
de 2001€ à 4000€ 133 € 69 €
de 4001€ à 16000€ 5,5% + 31€ 4,4%
réduction famille/groupe d'amis -20% de la 4ème à la 9ème personne

 

 

 

Document non contractuel


Odyssée Montagne - 291 Les Barbolets - 74310 Servoz - France

Tél: +33 (0)4 50 91 20 83

odyssee@odyssee-montagne.fr

 

SARL au capital de 7623 € - RCS Gap 393 593 397 00010 - Licence d'état: 074980006.
Garantie par l’APS, 6 rue Villaret de Joyeuse, 75017 Paris
RCP : Hiscox. 12 quai des Queyries. 33100 Bordeaux

expedition-aconcagua-argentine  versant est
Ascension de l'Aconcagua Entre le camp 1 et le camp 2Ascension de l'Aconcagua Montée vers le camp 3Ascension de l'Aconcagua Au sommet de l' AconcaguaVersant ouest de l'Aconcagua
Ascension de l'Aconcagua Vue depuis le camp 3Ascension de l'Aconcagua Montée vers le camp 2Ascension de l'Aconcagua Montée au camp 2 versant est de l' AconcaguaAscension de l'Aconcagua Repos au camp 1 versant est
Ascension aconcagua Montée camp 2 versant est de l'AconcaguaAscension de l'Aconcagua Montée au camp 2Ascension aconcagua Montee au camp 1 du versant est de l AconcaguaAscension aconcagua Vue sur le versant est de l Aconcagua avec le camp 1
Ascension de l Aconcagua Départ du camp 2 pour le camp 3 Ascension de l Aconcagua Camp de Berlin sur la voie normale de l Aconcaguaexpedition-aconcagua-argentine  vallee du Rio Horcones sous Plaza de MulasAscension de l Aconcagua Dans la traversee pour le camp3 de l Aconcagua versant est
Ascension de l Aconcagua Arrivee au glacier des Polonais a travers les penitents de glace. Aconcagua versant estAscension de l Aconcagua Camp 2 au pied du glacier des Polonais à l AconcaguaAscension de l Aconcagua Camp du glacier des Polonais a l AconcaguaAscension de l Aconcagua Camp 3 de l Aconcagua à white rocks
expedition-aconcagua-argentine  versant estAscension de l Aconcagua Camp 1 du versant est de l AconcaguaAscension de l Aconcagua Arrivee au glacier des Polonais a l AconcaguaAconcagua Camp 3

Quelques mots sur Argentine

Eternel ailleurs teinté d'aventures aux accents romanesques de nos premières lectures d'enfance, livre ouvert qui exalte de chapitres en chapitres nos sempiternels esprits rêveurs, songe fantastique qui tour à tour enchante, tourmente, mais jamais ne comble, terre de mystères dont l'âme garde pour toujours l'énigmatique obsession, le secret d'une terre promise capricieuse et mythique, où le vent semble porter en un souffle capiteux les hommes et les montagnes, rudes et battues, échouées dans l'océan en un infini chapelet d'îlots comme un plongeon vers l'abîme.

Mais nimbée dans une fière tristesse qui se danse en tango, l'Argentine ne pleure pas, ses pas véloces courent dans un digne chaos qui n'est certes pas que tectonique, dérive sphérique en cette "fin del mundo", ce curieux bout du monde, tout en bas d'une Terre qui pourtant est ronde. Les visages s'entremêlent et les langues se délient parfois au détour d'un sourire, initiant un nouveau voyage dans le voyage comme une histoire qui en raconte d'autres, peu de région ont finalement à ce point hanté l'imaginaire de l'homme, qui porte dans son regard l'intensité, l'âpreté et l'indicible mélancolie de la Patagonie, qu'il soit venu en quête, siècle après siècle, de paradis perdus ou de fugaces trésors, d'invraisemblables royaumes ou de montagnes d'or.

 

Carte d'identité :

  • Population : 40 millions d'habitants.
  • Superficie : 2 766 890 km² (plus de 5 fois la France).
  • Capitale : Buenos Aires.
  • Villes principales : Cordoba, Rosario, Mendoza, La Plata, Mar del Plata, San Miguel de Tucuman.
  • Point culminant : Aconcagua (6959 m).
  • Chaîne montagneuse : Cordillère des Andes (façade ouest du pays).
  • Langues : espagnol (castellano).
  • Religions : catholiques (à plus de 92%).
  • Régime politique : république fédérale
  • Chef de l'Etat : C Fernadez de Kirchner

Décalage horaire :


Le décalage horaire avec la France est de 4 h de moins en hiver et 5 h de moins en été. Ainsi, quand il est 17 h à Paris, il est 13 h à Paris en hiver et 12 h en été.

 

Electricité :


Il s'agit de courant 220 volts. Toutefois les anciennes prises de type européen à deux trous tendent à disparaître au profit de prises argentines à trois plates. Nous vous recommandons par conséquent de prévoir un adaptateur universel.

 

Economie :

 

Si l'Argentine était en 1913 l'une des nations les plus riches du monde, son PIB hissé au neuvième rang mondial surpassant alors celui de la France, le pays accumule au terme des années 1980 une très lourde dette externe, à laquelle le gouvernement de Carlos Menem tente de faire face en 1991 en alignant le peso argentin au dollar américain, ce qui aura pour conséquence de plonger toute l'économie dans une crise sans précédent et 50% de la population dans une extrême pauvreté. L'accession de Nestor Kirchner au pouvoir en 2003 redonne toutefois un espoir salvateur à l'ensemble du territoire, la croissance du pays étant depuis lors particulièrement importante, fixée à 8% annuel. A titre de comparaison, la France, sixième puissance économique mondiale, affiche un taux de croissance moyen de 2,1% par an. Ainsi, bien que l'activité dominante reste la production agricole et l'élevage bovin, l'Argentine se plaçant par ailleurs au quatrième rang mondial pour la production de vin, les secteurs industriels et miniers jouissent également d'une pleine expansion, une main d'oeuvre particulièrement qualifiée étant mise au service du développement du tissu industriel et de l'exploitation des ressources naturelles et hydroélectriques.

 

Géographie et climat 

Buenos Aires :


Rétro et grouillante de vie, la plus européenne des capitales sud-américaines, loin d'être un paradis d'exotisme, bouillonne de culture comme d'énergie, s'exacerbe en mouvements politiques et évènements économiques. Si elle ne représente souvent qu'une étape de transit, Buenos Aires offre pourtant au fil des barrios le profil d'une cité aux mille visages, nostalgique et traditionnelle à San Telmo, cosmopolite et bariolée à La Boca, classieuse et hautaine à Recoleta, élégante et aérée à Palermo Chico, paisible et branchée à Palermo Viejo, vibrante et commerçante en son coeur animé. Partout une église, une artère commerçante, une place autour de laquelle s'oriente la vie commune de ces 12 millions d'habitants.

 

Andes Centrales :

 

Parcourant plus de 8000 km sur la façade occidentale de l'Amérique du Sud, frontière naturelle de l'Argentine, traversant également le Chili, le Pérou, la Bolivie, l'Equateur et même la Colombie, la Cordillère des Andes forme la plus longue chaîne de montagnes au monde, née de la lente plongée d'une plaque du Pacifique sous la plaque sud-américaine il y a plus de 200 000 millions d'années. Culminant à l'Aconcagua (6959 m), le massif est divisé en trois provinces argentines dans sa partie centrale (Cuyo), Mendoza, San Luis et San Juan, possédant les plus hautes cimes comme les plus vastes vignobles.

  • Mendoza :

Rythme provincial pour cette douce cité où le soleil brille 320 jours par an, où il fait bon flâner dans ses rues piétonnes et aérées, où il est agréable de s'arrêter à la terrasse d'une bodega, où le temps se fige à l'heure de la sieste. Posée aux pieds des Andes et du plus haut sommet de la chaîne, Mendoza est l'étape rêvée après l'agitation de la très urbaine Buenos Aires, et ses larges avenues bordées d'arbres et de places élégantes invitent à l'errance. Physique atypique en grande partie expliqué par la crainte des tremblements de terre, le risque sismique ayant conféré à la ville une très large prédilection pour les bâtiments bas et les rues amples, Mendoza se réveille totalement rasée en 1861 par un séisme dévastateur sans précédent, détruisant l'architecture coloniale dans sa totalité et ôtant la vie au tiers de sa population. C'est grâce à l'arrivée des vignerons français, italiens et espagnols que la région fournit - non sans fierté - depuis la seconde moitié du XIXème siècle les 3/4 de la production nationale en vins.

  • Cerro Bonete :

Culminant à 6759 m au nord de la province de la Rioja, le Cerro Bonete est le quatrième sommet américain, après l'Aconcagua (6959 m), l'Ojos del Salado (6893 m) et le Monte Pissis (6882 m), ce dernier érigé à peu de distance du petit frère également nommé Bonete Chico ou "Petite calotte" en français. Troisième plus haut volcan du monde, le massif forme le côté méridional et oriental d'une énorme caldeira. Côté histoire, c'est en 1952 que la première ascension menée par Lionel Terray et Guido Magnone conquiert le sommet.

  • Aconcagua :

Point culminant des Andes, de l'Amérique et de tout l'hémisphère sud, l'Aconcagua se dresse du haut de ses 6959 m dans la province de Mendoza, à 13 km de la frontière chilienne, limité à l'ouest par la Valle de los Horcones, à l'est par la Valle de las Vacas, et entouré de nombreux sommets excédant les 5000 m. Partie intégrante du Parc provincial de l'Aconcagua, la cime est en réalité un volcan éteint, au pied duquel s'étend la capitale régionale. Il abrite par ailleurs la plus haute cabane du monde, surnommée "Refugio Indepencia" qui domine le globe à 6500 m d'altitude.

Si l'origine de son nom reste ténébreuse, l'hypothèse la plus répandue suppose que le terme proviendrait de l'indien "Aconkauak", qui signifie "la sentinelle". Massif rocheux où la glace est presque absente, l'Aconcagua serait donc cette sentinelle de pierre des Incas, située dans une région d'une si grande sécheresse qu'elle porte le nom d' "Andes arides". De rares précipitations et des vents virulents, fouettant la montagne jusqu'à 250 km / h, expliquent la faible quantité de neiges éternelles qui habillent la cime, alimentant tout de même des rivières importantes comme Los Horcones, coulant sur le versant nord, et la rivière Aconcagua, sur la face sud.

Conquis en 1897 par le Suisse Matthias Zurbriggen, le sommet ne présente aucune difficulté majeure pour les alpinistes confirmés, même si l'ascension exige une préparation minutieuse en raison de la forte altitude de la montagne andine. Par ailleurs, en sa qualité de cime propre, l'Aconcagua préserve fièrement son environnement grâce à la distribution d'un sac à déchets numéroté avant l'ascension, qui vous vaudra la coquette amende de 100 dollars en cas de non restitution.

 

Patagonie :

 

Entre le Rio Negro au nord et le Cap Horn au sud, s'étend non pas un pays, ni une région administrative, mais un bout du monde, lieu de rencontre des baleines, pingouins et lions de mer, terre que se partagent l'Argentine et le Chili en deux zones géographiquement très distinctes. L'est argentin offre des paysages de steppe semi-aride et buissonnante, constituée en mesetas déployées jusqu'aux falaises de l'Atlantique. Le contraste est saisissant entre la côte et la partie andine, l'altitude déclinant de 3000 m à 300 m en bordure de l'océan. L'activité sismique a conféré aux Andes un relief très particulier, découpé en pics et aiguilles rocheuses. Héritage des périodes glaciaires, deux colossaux glaciers trônent sur le versant nord de la cordillère, le Hielo Norte (4500 km²) et le Hielo Sur (13500 km²). Côté chilien prédomine une forêt dense et soumise à de fortes précipitations, échouée aux abords des fjords de la côte édentée du Pacifique.

  • El Calafate :

Petit village situé entre le plateau de Santa Cruz et la Cordillère des Andes, El Calafate doit son nom d'origine tehuelche à un arbuste épineux typique du sud patagonien, aux fleurs jaunes et fruits violets, l'adage précisant que "celui qui mangera de ce fruit reviendra toujours en Patagonie". Bâti sur la rive méridionale du lac Argentino, le village marque l'entrée dans une Patagonie plus rude, désertique et balayée par un vent glacial, qui tient sa notoriété à deux des vedettes du pays, le pic du Fitz Eoy et le Perito Moreno, l'un des treize glaciers déployés dans le parc national Los Glacieres, dont l'intendance se trouve à Calafate. Petit point d'approvisionnement des transports de laine, fondé officiellement en 1927 et peuplé à l'origine d'à peine cent habitants, El Calafate jouit d'un essor fulgurant depuis l'explosion du tourisme, l'urbanisation de la zone et l'ouverture de l'aéroport assurant la liaison directe depuis Buenos Aires, la population locale étant aujourd'hui estimée à 18000 habitants.

  • El Chalten :

Situé dans la province de Santa Cruz, en Patagonie argentine, le village d'El Chalten, dont le nom mapuche signifie "la montagne qui fume", naît en 1985 de la nécessité d'occuper et de peupler une région frontalière du Chili, où 100 à 200 personnes vivent toute l'année, et connaît un développement progressif depuis 1980, fomenté par l'activité touristique et la pratique de l'escalade. Si le village est le plus fréquemment enseveli sous deux mètres de neige, il n'en demeure pas moins la capitale nationale du trekking et un paradis perdu des chasseurs de montagne. Sa position au coeur du parc national des Glaciers, le plus étendu du pays (727 000 ha), attire de nombreux visiteurs aux portes des aiguilles de granit du Fitz Roy, dont la vue reste toutefois souvent obstruée par les fréquents nuages accrochés à son sommet. Créé en 1937, le parc est inscrit depuis 1981 sur la liste du Patrimoine naturel de l'Humanité.

  • Fitz Roy :

Egalement connu sous le terme mapuche "Cerro Chalten", qui signifie "montagne qui fume", à l'image des nombreux nuages masquant son sommet, le Cerro Fitz Roy s'élève à 3405 m d'altitude au coeur du parc national Los Glaciares, près du village d'El Chalten. Il doit son nom à Perito Francisco Moreno, qui en souvenir de l'explorateur Robert Fitz Roy rebaptise la cime éponyme. Ce sont les Français Lionel Terray et Guido Magnone qui réussissent en 1952 l'ascension du Fitz Roy, qui en dépit de sa faible altitude, demeure réputé pour être la montagne la plus difficile au monde, son entreprise étant beaucoup moins tentée que celle de l'Everest et requérant un haut niveau d'escalade pour s'attaquer à un granite très compact.

 

Antarctique :


Continent le plus méridional de la Terre, bordé par l'Océan Austral, l'Antarctique occupe une superficie de 13,9 millions de km², dont la quasi totalité est constituée d'une couche de glace d'environ 1,6 km d'épaisseur. Partagé par les Monts Transantarctiques, déployés en forme de "S" sur 2500 km de long depuis la mer de Weddell jusqu'aux îles Balleny, le territoire culmine au massif Vinson (4897 m), situé dans les monts d'Ellsworth, surplombant la partie occidentale de la barrière de Ronne.

 

Terre la plus froide, la plus sèche et la plus venteuse, l'Antarctique est également la plus élevée en altitude et représente le plus vaste désert du monde. Totalement inhabité, l'Antarctique n'a jamais connu de population indigène, à l'exception des manchots, des phoques, des mousses, des lichens et de nombreux types d'algues. Bien que l'expédition russe menée par Mikhail Lazarev et Fabian Gottlieb von Bellingshausen permette d'apercevoir en 1820 le continent pour la première fois, alimentant ainsi le mythe d'une "Terre australe", l'Antarctique reste toutefois largement oublié le long du XIXème siècle, du fait de son hostilité naturelle et de son extrême isolement.

  • Punta Arenas (Province Antarctique Chilienne) :

Fondée en 1848 dans la Péninsule de Brunswick, Punta Arenas est un port et une commune du Chili de 130 000 habitants. Ville la plus cosmopolite de la Patagonie chilienne, dont le tiers de la population est d'origine croate, Punta Arenas vit principalement de l'activité portuaire, le second secteur de l'économie étant l'élevage ovin.

  • Mont Vinson :

Sur un vaste espace de glace et de banquise s'érige à 4897 m le Mont Vinson, dans le massif Sentinel de la chaîne Ellsworth, à la base de la péninsule Antarctique, la plus grande calotte glaciaire du monde. Déployé sur 21 km de long et 13 km de large, surplombant en son extrémité méridionale le mont Craddock (4650 m), le Vinson est situé à 1200 km du pôle sud géographique, ce qui en fait la cime la plus haute et la plus proche d'un pôle géographique.

Découverte en 1957 par un avion de l'armée de l'air américaine, la montagne est baptisée Vinson en l'honneur de Carl Vinson, député états-unien fervent supporteur de la recherche en Antarctique. Conquête tardive, avec l'aide de la marine américaine, qui le transporte par avion directement sur le massif Sentinel, le Club Alpin Américain monte en 1966 une expédition de quatre alpinistes, menée par Nicholas B. Clinch, qui atteint le sommet le 18 décembre.

Si l'ascension du mont présente peu de difficultés techniques, elle offre toutefois les dangers inhérents à un voyage en Antarctique, qui exige une excellente préparation au grand froid.

 

Climat :


- Semblable au nôtre, du côté argentin, à tendance continentale.
- Par contre très humide versant chilien, qui subit l’influence du Pacifique.
- Continental en montagne : chaud la journée et froid la nuit (jusqu'à -10°C).

 

Transports

Vols internationaux réguliers, en classe économique. Compagnie choisie en fonction des places disponibles. Les horaires de vol vous seront communiqués 31 jours avant le départ. Si vous souhaitez une compagnie aérienne spécifique, ou si vous souhaitez partir d'une autre ville, nous en faire part
Compagnie aérienne locale pour les vols intérieurs, s'il y a.
Compensez vos émissions de CO2 :

Conscients des émissions de gaz à effet de serre engendrés par l'utilisation du transport aérien, Odyssée Montagne a décidé de s'associer au programme Action Carbone de l'association GoodPlanet, présidée par le photographe Yann
Arthus-Bertrand. Un programme responsable et solidaire, à but non lucratif, pour lutter ensemble contre le changement climatique notamment par le inancement de projets d'énergies renouvelables, d'efficacité énergétique et e reforestation dans les pays du Sud, afin de compenser notre impact tout n aidant les populations locales.
Avec le programme Action Carbone, chacun a désormais la possibilité de esurer son impact, réduire nos émissions de gaz à effet de serre et participer à la compensation volontaire.

Calculez vos émissions de CO2 et effectuez vos dons en quelques clics sur : ww.actioncarbone.org
Distance A/R Paris Mendoza : 22880 km. Emissions par voyage en tonne équivalent CO2 : 5,03. Coût de compensation : 75,45 EUR. Coût réel après dédution d'impôts : 25,65 EUR
 

Conditions sanitaires

Vaccinations :

Aucune vaccination n'est obligatoire
Vaccins recommandés : DTP et BCG à jour, typhoïde (typhim VI), méningite A et C, hépatite A et B.

Prévoir une prophylaxie contre les maladies transmissibles par piqûres de moustiques (crème, plaquettes, vêtements longs...)
Consultez l’Institut Pasteur - 211 rue Vaugirard - 75724 Paris - Tel : 08 10 61 33 33

La vérification des formalités sanitaires auprès des ambassades est sous votre responsabilité.

Visites médicales :

Une bonne santé est un atout primordial pour profiter pleinement de votre voyage. Nous vous recommandons également de ne pas arriver trop fatigué, en ayant voulu boucler tous vos dossiers professionnels avant de partir. Une fatigue générale est facteur de mauvaise adaptation à l’altitude.
Pensez à consulter votre dentiste, car l’altitude peut avoir des conséquences importantes sur d’anciens plombages.
Si vous souhaitez faire une consultation dans un centre spécialisé pour les problèmes d'altitude, vous pouvez vous adresser à :
Hôpital Avicennes
125, route de Stalingrad
93000 Bobigny
Tél 01 48 95 56 31

Vous pouvez également contacter l’ARPE, qui vous donnera toutes les informations nécessaires au 01 48 38 77 57.

Quelques principes de base :

  • Se laver fréquemment les mains et avant chaque repas ;
  • Ne pas consommer l'eau du robinet, les jus de fruits pressés ;
  • Ne pas consommer de crèmes glacées ;
  • Bien cuire toute viande.

Pour les expéditions :

Il n’y a pas de médecin. Des problèmes médicaux liés à l’altitude peuvent survenir. C’est à chacun de se jauger au cours de l’ascension pour ne pas prendre de risques inutiles et aller à l’accident. Il est indispensable de parler de ses troubles au chef d’expédition pour qu’il puisse prendre les décisions nécessaires vous concernant. Informez impérativement le guide des médicaments que vous ne souhaitez pas prendre. N’utilisez pas de boissons dopantes en haute altitude (au camp de base, l'Isostar est bien pour la réhydratation, car il y a un apport de sels et de sucre).
3 mois avant votre départ, nous vous conseillons une prise de sang afin de contrôler vos carences éventuelles, en fer notamment (très important pour l’acclimatation).
La souscription d'une assurance Assistance - rapatriement est obligatoire. Vérifiez bien les montants garantis par la police d'assurance, le tarif d'une évacuation héliportée s'élevant au minimum à 3000 USD. Pour les secours, aucun véhicule ou hélicoptère n’est en attente permanente. Ils seront organisés au moment voulu, sachant qu'il n'y a pas de liaison radio avec
la vallée. Par beau temps, un hélicoptère peut atterrir, mais cela reste aléatoire.
Une radio permet d’être en liaison avec le camp de base.

 

Monnaie

La monnaie est le peso argentin. Cartes bancaires internationales acceptés à Buenos Aires et Mendoza. Prévoyez des petites coupures en dollars pour les suppléments de boissons, les souvenirs...
 

Pourboire

Si le pourboire n’est pas un dû, il est de coutume d’en donner un aux muletiers pour les remercier de leur bonne prestation. Prévoyez cette dépense en emportant un peu plus d’argent avec vous pendant le trek.
 

Bibliographie

Guides :


Argentine, Guide du Routard, Philippe Gloaguen, Pierre Josse
Argentine, Guide Lonely Planet, Danny Palmerlee, Sandra Bao, Andrew-Dean Nystrom et Lucas Vidgen
Argentine, Guide Gallimard, Irène Barki, Bruno Krebs, Sophie Paris
Lonely Planet, Trekking in the Patagonian Andes, Clem Lindenmayer et Nick Tapp

 

Beaux livres :


Patagonie sauvage, Ramon Dorr
Los Gauchos, Aldo Sessa
Patagonie : Histoires du bout du monde, Grégoire Korganow, Gilles Dusouchet et Michel Le Bris

 

Récits :


Le chemin de Buenos Aires, Albert Londres
Manèges : Petite histoire argentine, Laura Alcoba
En Patagonie, Bruce Chatwin
Un flâneur en Patagonie, William Henry Hudson

 

Littérature :


Le livre de sable, Jorge Luis Borges
L’homme à l’affût, Julio Cortazar, Laure Guille-Bataillon
Le chanteur de Tango, Tomas Eloy Martinez
Les mystères de Buenos Aires, Manuel Puig

 

Autre détails 

Gastronomie :


Bien plus proche de la cuisine européenne que des saveurs mexicaines, la gastronomie argentine, ou plus particulièrement la "cuisine des gauchos", fait la part belle aux viandes tendres de la Pampa, excellentes et servies sans modération, le moindre "baby beef" excédant rapidement les 500 grammes ! Les meilleurs steaks du monde se dégustent dans les parillas, ces restaurants typiques ne servant exclusivement que de la viande, sous forme de tournedos (bife de lomo) ou de faux-filet (bife de chorizo). Au menu des plats typiques, le chausson empanada, fourré au boeuf, au poulet, au jambon ou au maïs, fait figure de must tandis que l'escalope à la milanesa, panée et très fine, demeure le plat de base argentin, que les locaux agrémentent en entrée de charcuterie, chorizo ou morcilla, proche du boudin noir. En revanche, les légumes ne sont que très rarement servis en garniture, la viande pouvant tout à fait être consommée seule ou parfaite de quelques frites. Les plus végétariens d'entre vous auront donc le choix entre des salades (ensalada), des purées, à base de citrouille (puré de calabaza) ou de pommes de terres (puré de batata) et des pâtes, excellentes et fidèles à la tradition italienne. Le poisson est le second grand absent de l'art culinaire argentin, bien que le pays jouisse d'une façade maritime exceptionnellement importante.

 

Côté dessert et sucreries, les Argentins excellent dans la confection de dulce de leche, une sorte de confiture de lait assez semblable à du caramel mou qui se savoure sur des crêpes (panqueques con dulce de leche), des gâteaux ou encore le très populaire flan con dulce de leche. Origines italiennes obligent, les glaces (helados) sont un véritable délice.

 

Eminent pays producteur de vins, l'Argentine regorge de quelques très bon crus, en particulier dans la région de Mendoza qui assure environ les deux tiers de la production viticole. Au rang des boissons typiques, vous essayerez également le licuado, alliage subtil de lait et fruits, notamment la banane. Les Argentins sirotent du matin au soir le très célèbre maté, sorte d'infusion au goût relativement amer (yerba maté).

 

Us et coutumes :

  • Tango : nostalgique et sensuel, le tango est né ici, à l'aube du XXème siècle, dans les bars malfamés de San Telmo, dansé par des hommes seuls venus du sud de l'Europe ; puis sous le pas classieux de la bourgeoisie argentine, le symbole de l'identité nationale prend alors toutes ses lettres de noblesse. Les aficionados s'essayeront donc librement au tango, éternellement inscrit dans l'air du temps.
  • Gaucho : cow-boy argentin et sédentaire orphelin, pantalon bouffant et fougueux pur-sang, foulard noué et chapeau paré, le gaucho parcoure les légendes comme les plaines de la Pampa, fidèle à sa réputation d'éternel rebelle. Le temps a magnifié ce héros hors-la-loi, noble et fier, dont les révoltes contre l'Etat, sévèrement réprimandées, demeurent gravées dans l'histoire mythique d'une nation infiniment libre.
  • Porteño : "Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens des Incas et les Argentins du bateau." Et de cet adage mythique descend la réputation contrastée du Porteño ou "habitant du port" de Buenos Aires, qui nourrit sa - trop ? - grande fierté de ses influences européennes, qui chérit d'une élégante nostalgie sa très forte identité.
  • Symboles nationaux : nation très fière et attachée à ses symboles, l'Argentine supporte assez difficilement d'être dépréciée par rapport à ses voisins chilien et urugayen, qu'il s'agisse des domaines linguistiques, footballistiques, historiques, gastronomiques ou territoriaux.

Souvenirs :


En dépit d'un artisanat timide, l'Argentine a une véritable réputation à tenir en matière de cuir, en particulier à Buenos Aires où vêtements et accessoires de tradition gaucho sont peu onéreux et d'excellente qualité. Une calebasse pour boire le maté, un air indémodable de tango...demeurent néanmoins autant de souvenirs classiques mais incontournables que le voyageur remporte avec lui.

 

Mots utiles en espagnol :

  • Oui : Si
  • Non : No
  • Bonjour : Buenos días, Hola
  • Bonsoir : Buenas tardes
  • Au revoir : Hasta luego, Adíos
  • A demain : Hasta mañana
  • A bientôt : Hasta pronto
  • Merci : Gracias
  • De rien : De nada
  • Excusez - moi : Perdóneme
  • Désolé : Lo siento
  • Je ne comprends pas : No comprendo
  • Parlez-vous français ? : ¿ Habla usted francés ?

Mots utiles en madugundun (Patagonie) :

  • Bonjour, bonsoir, salut : Mari mari
  • Pour saluer une femme âgée : Papay
  • Pour saluer un homme âgé : Chachay
  • Comment vas-tu ? : Chumleymi
  • Je vais bien, et toi ? : Kümelkalen, eymi kay ?
  • Je ne vais pas très bien : Inche müte kümelkalelan
  • Je suis malade : Kütrangelen
  • Comment t'appelles-tu ? : Iney pingeymi ?
  • Je m'appelle Paul : Inche Paul pingen
  • D'où viens-tu ? : Chew tuwimi ?
  • Je viens de France : Inche Francia mapumew tuwun
  • Je vis à Paris : Inche Parismew mülen
  • Quel âge as-tu ? : Chunten tripantu nieymi ?
  • J'ai vingt huit ans : Epu mari pura tripantu nien
  • J'ai faim : Ngünülen
  • J'ai soif : Wüywülen
  • Eau : Ko
  • Tu veux du pain ? - Oui : Kofketukeymi ? - Maï
  • C'est bon (à propos d'un aliment) : Müna kümey
  • Merci beaucoup : Chaltumai
  • Qu'est ce que c'est ? : Chem am tüfa ?
  • Maison : Ruka
  • D'accord / pas d'accord : Feley / felelay
  • Petit / grand : Pichi / fütra
  • Je ne comprends pas ce que tu m'as dit : Adümlan tami fepipefiel
  • Je t'aime : Inche poyeyu
  • Je m'en vais : Amutuan
  • Salutations à ta famille : Lemoria ta mi pu che
  • Bonne nuit : Pumaï
  • Au revoir, à bientôt : Peukayal

Communications internationales :

  • De la France vers l'Argentine : composez le 00 + 54 + indicatif de la ville (sans le 0) + numéro de votre correspondant.
  • De l'Argentine vers la France : composez le 00 + 33 + numéro de votre correspondant (sans le 0 initial).

Adresses utiles :

  • En France :

Consulat d'Argentine
6, rue Cimarosa
75116 Paris
Tel : 01 44 34 22 00
Fax : 01 44 34 22 09

  • En Argentine :

Ambassade de France
Cerrito 1399
1010 Buenos Aires
Tel : (54 11) 4515 2930
Fax : (54 11) 4515 2966

Descriptif

 

L'ascension de l'Aconcagua en traversée est sans aucun doute la plus belle façon de gravir ce sommet emblématique, "toit des Amériques", et représente une première expérience des expéditions en haute altitude. Depuis plus de 20 ans nous favorisons le versant est de l'Aconcagua pour son ascension, bien plus jolie et moins fréquentée, mais aussi parce que la position des camps permet une progression plus équilibrée. Notre logistique rodée et notre grande expérience sur cette montagne, nous garantissent un succès important chaque année.

L'Aconcagua c'est aussi une première expérience des expéditions en haute altitude et nos guides seront vous conseiller au mieux pour réussire votre sommet. Que ce soit au niveau du matériel, de la progression sur la montagne, de votre préparation, rien ne sera laissé au hazard et c'est la garantie d'un maximum de chance pour le sommet.

Enfin notre choix de la traversée est - Ouest ou en aller - retour par le versant est, est vraiment le meilleurs car celui-ci reste sans conteste le plus beau et le plus sauvage, loin des foules du versant ouest depuis Plaza de Mulas. Gravissez vous aussi la "sentinelle blanche", découvrez la douceur de vivre de Mendoza!

 

 

 

Au jour le jour

Jours 1 et 2 : Paris - Mendoza
Jour 3 : Mendoza
Jour 4 : Mendoza - Penitentes
Jour 5 : Départ du trek – Punta de Vacas - Pampa de Lenas
Jour 6 : Pampa de Lenas – Casa Piedra
Jour 7 : Casa Piedra – Plaza Argentina
Jour 8 : Camp de base
Jour 9 : Portage camp 1
Jour 10 : Repos au camp de base
Jour 11 : Montée camp 1
Jour 12 : Portage camp 2
Jour 13 : Repos au camp 1
Jour 14 : Camp 1 – Camp 2
Jour 15 : Camp 2 - Camp 3
Jour 16 : Camp 3 - Sommet – Camp 3 face W
Jour 17 : Camp 3 face W – Plaza de Mulas
Jour 18 : Journées de réserve
Jour 19 : Penitentes
Jour 20 : Mendoza
Jours 21 et 22 : Mendoza - Paris

Rédigez votre propre commentaire

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent écrire des commentaires. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer

Commentaires des clients

Aconcagua 10 DEC 16 par Xavier le 24/01/17
L'ascension par Plaza Argentina est plus agréable et avec moins de trafic. Lors de notre ascension, nous sommes le seul groupe à avoir atteint le sommet en ayant su adapter notre progression aux conditions météorologiques. Ciel bleu superbe, nuit étoilée sans pollution lumineuse, neige qui adoucit le paysage, c'est le vent qui aurait pu nous empêcher de l'atteindre; mais les bonnes décisions de notre guide ont fait la différence.
L'organisation et l'encadrement de l'expe nous ont permis de profiter de ce cadre exceptionnel et d'atteindre en sécurité et dans de bonnes conditions le sommet.
Ascension de l'Aconcagua en traversée par Valentin le 19/01/17
Aconcagua - décembre 2016. Très belle expédition malgré les conditions météo difficiles. J'ai vécu des très bons moments avec l'équipe et avec notre guide Gaylord qui a réussi a amener la majorité d'entre-nous au sommet. La seule expédition à être monté jusqu'en haut pendant cette période ! Un grand bravo ! La logistique et les services aux camps de base ont fait le reste grâce au prestataire de service argentin. Un grand merci à Odyssée Montagne pour son amabilité et son professionnalisme.
ACO 10 12 16 par Alain le 09/01/17
Bonjour Sandrine,

Merci à toi, et à l'équipe d'Odyssée Montagne de nous avoir fait réaliser ce merveilleux voyage.

Je n'ai pas encore trop réfléchi aux suggestions à te faire remonter, car je suis encore en congés, et toujours sur mon p'tit nuage Argentin. Aussi, tu peux compter sur moi pour te faire un retour prochainement.

Ce que je pourrais, et souhaiterais vraiment dire, c'est mon ÉNORME satisfaction par rapport à Gaylord qui est un guide incroyable, et malgré sa jeunesse, très expérimenté. Il a été LE point fort de cette expédition, et sans lui, bien évidemment, on ne serait pas arrivé au sommet, mais, qui plus est, sans son intuition et sa prise de risque, non plus -> Un GRAND merci à lui ! C'est un passionné, ça se voit, ça se sent, et ça fait toute la différence !
ARG 10 12 16 par Valentin le 03/01/17
De retour de l'Aconcagua...! Magnifique expédition ! En en retire que du bonheur... surtout après !!
L'équipe très sympa et Gaylord a été super.
Aconcagua - 23.12.2016 par Laurent le 03/01/17
En montagne, atteindre un sommet, c'est une aventure, un challenge, et bien souvent, un objectif personnel. Mais lorsque le sommet est le but d'une expédition de plusieurs semaines, comme pour l'Aconcagua, la dimension collective du voyage apparaît comme une des clés de la réussite. Il s'agit là d'une des grandes leçons de l'expédition "Aconcagua 2016" d'Odyssée Montagne.

Le 14 décembre 2016, 5 clients motivés et un jeune guide tout aussi motivé, Gaylord Dugue, entrent dans le parc à Punta de Vacas. L’ambiance est excellente, l’allure soutenue, et le niveau apparaît tout de suite très homogène. Mais sur l’Aconcagua, tout est une histoire de vent et de météo peu fiable. Face aux prévisions plutôt pessimistes constatées à notre arrivée au camp de base, notre guide suggère une fenêtre pour tenter le sommet 2 jours plus tôt que ce que ne prévoyait le programme. Si nous respectons le plan initial, nous risquons de ne pas dépasser le camp 1. Ce programme nous force à accélérer les étapes d’acclimatation. Nous espérions que tout le groupe puisse tout de même atteindre le sommet, solidaire. Mais notre programme accéléré a eu raison d’un des membres du groupe (camp 3, MAM modéré). Le vent, le froid et la fatigue a stoppé le deuxième vers 6400m. Néanmoins, 3 clients ont pu accompagner notre guide jusqu’au sommet. Sur une période de 10 jours, nous étions les 4 seules personnes à avoir atteint (peut-être même tenté) le sommet. Bien vu Gaylord! Même le gardien du parc avait peine à croire qu’une expé avait atteint le sommet sur cette période.

De retour au camp, nous avions tous une pensée pour nos 2 partenaires qui n’ont pu nous accompagner jusqu’en haut. Et notre avis était unanime : si nous sommes arrivés au sommet, c’est parce que chaque membre a rempli sa part de boulot (portage du matériel, de la nourriture, montage des camps…). Tous les membres ont tenu la route jusqu’au camp 3. Et le groupe s’est serré les coudes tout au long de l’aventure. Un succès collectif, admirablement bien dirigé, conseillé et encadré par son guide.

Un grand merci à Odyssée Montagne pour la préparation en amont, au guide pour son expérience, sa persévérance, ses qualités professionnelles et humaines, et à chaque membre pour avoir permis à ce groupe de vivre une aventure mémorable.

Laurent
ARG 09 01 15 par sandrine le 08/02/15
Le voyage s'est très bien passé, avec du beau temps et de plus pas trop froid et peu de vent le jour du sommet. C'est bien mieux de le faire en traversée est-ouest plutôt qu'en aller-retour par la voie normale. Je ne vois pas vraiment ce que l'on pourrait améliorer. La nourriture lyophilisée permet de ne pas être trop lourd, et ne concerne pas trop de jours puisqu'il y a quand même 4 jours beaucoup plus confortables au camp de base plaza Argentina. Avec les jours de portage, l'acclimatation est excellente.
Brice
Aconcagua 09 01 15 par sandrine le 05/02/15
Concernant cette expé (ma première), je suis (très) satisfait. L'expérience de Pierre sur cette voie de l'Aconcagua a permis a pas mal d'entre nous d'atteindre le sommet (en particulier, excellente gestion des différents camps d'altitude ; plusieurs groupes partis en même temps que nous nont pas fait de 3ème camp et
n'ont pas atteint le sommet...). Question nourriture RAS, un lyoph restant un lyoph (ha si ! carton rouge pour le lyoph gratin dauphinois !).
Pour le choix des hôtels, RAS que ce soit à Mendoza ou Penitentes. Seul petit bémol (et encore à discuter...) : un seul guide est peut être un peu trop juste pour un groupe de cette taille avec des participants au niveau hétérogène (3 participants avaient déjà fais plusieurs fois des 7 000, les autres seulement des "petits" 5000).
Bref, de forte chance pour que je reparte avec Odyssée Meetic (pour le jeu de mot, cf. Pierre).
Sylvain ;-)
Extraordinaire! par Hugo le 24/01/14
Pour avoir participer à ce voyage en 2010, c'est un voyage très intéressant, très bien organisé et qui laisse de très bon souvenir!
C'était ma première expérience de la haute altitude et tout est fait de sorte que tous les participant puissent avoir leur chance d'atteindre le sommet.
Je conseille de se lancer pour ceux qui hésitent!